top of page
Rechercher
  • roxanedepelet

De quoi parle-t-on quand on parle d'écarts de salaires ?

Dernière mise à jour : 16 mars 2023

Même s'il est préférable de ne pas uniquement parler des inégalités de salaire entre les hommes et les femmes lors du 8 mars, je voulais rebondir sur la (super) campagne de la Ville de Montreuil à l’approche de cette date (Journée internationale des droits des femmes - pas “journée de la femme”) pour revenir sur les chiffres qui circulent : 25% ? 18% ? 9 % ?


De quoi parle-t-on ?


Il ne s’agit pas d’en choisir un, mais de comprendre les 3. Ces 3 chiffres sont importants car ils reflètent l’état de notre société.


  • Officiellement, l’écart de revenu annuel entre les hommes et les femmes est de 25%.

Cet écart s’explique en bonne partie par les écarts de temps de travail : 80% des 4,5 millions d’emplois à temps partiel sont occupés par des femmes.


  • Si l’on compare en équivalent temps plein, on obtient un écart d’environ 18%.

Cet écart pourrait s’expliquer par les différences de diplômes, de qualifications ou d’expériences professionnelles. Il n’en ai rien et aujourd’hui les femmes qui arrivent sur le marché du travail sont plus diplômées que les hommes.


En réalité, cet écart entre les salaires des femmes et ceux des hommes s’explique par 2 facteurs majeurs :


  • La structure des emplois occupés

En effet, les femmes et les hommes ne se spécialisent pas dans les mêmes métiers or les métiers dans lesquels les hommes se spécialisent ont tendance à être mieux payés que les métiers dans lesquels se spécialisent les femmes.

= ségrégation professionnelle qui s’opère même à niveau de diplôme égal


  • Le fameux “plafond de verre”

A mesure que l’on monte les échelons et que les responsabilités augmentent, les femmes disparaissent : les femmes sont sous-représentées dans les postes à responsabilités, même dans un secteur d’activité où elles sont sur-représentées.

= ségrégation verticale


  • Pour l’écart de 9%, aucun facteur ne peut l’expliquer : il ne s’agit pas d’un écart de temps de travail, de diplôme, de compétence, de métier. C’est presque 1/10 du salaire des femmes qui part en fumée juste parce que ce sont des femmes.


Cet écart a tendance à se figer lorsque le premier salaire est négocié.

Qu’est ce qu’il se passe autour de la table de négociation ?

D’abord les femmes négocient en moyenne moins que les hommes et tout au long de leur carrière. (Elles ont en moyenne des attentes salariales plus basses que les hommes, plus de mal à reconnaître et mettre en avant leurs compétences, prennent moins de risques et performent moins bien dans des environnements compétitifs….).

MAIS aussi, une fois la demande formulée, les hommes ont 25% de chances de plus que leurs collègues féminines d'obtenir une réponse favorable. Les femmes peuvent être pénalisées, car perçue plus négativement quand elles négocient.

Mais d’où cela vient et comment y remédier ?


J’aurais le plaisir (et la responsabilité) d’en parler avec les étudiantes de NEOMA Business School les 10 et 30 mars avec Leïla Rigoreau.


Et pour ce qui est de ce qu’on peut faire collectivement (femmes et hommes), il y a les ateliers autour du Maillon Fort !


A l’issue du jeu, vous aurez les clés pour comprendre comment nous en sommes arrivés là et faire émerger des solutions durables en faveur de l’égalité réelle dans votre entreprise: où faut-il regarder ? quelles sont les raisons du déséquilibre ? auprès de qui faut-il agir ? avec quels outils ?



45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page